Skip to content

Comment entreprendre avec et pour nos aînés?

SENIORS

Pot de fleurs interactif ou bracelet connecté pour rompre l’isolement des seniors, plateforme en ligne pour suivre leur santé, … Les projets d’entreprise visant à améliorer le quotidien des aînés ne manquent pas. Oui mais, comment faire pour que ceux-ci garantissent leur autonomie et ne reposent pas sur une vision paternaliste du vieillissement ?

Le 2 mars dernier, nous organisions une rencontre chez MIRO LD³ pour découvrir les différents enjeux du vieillissement à Bruxelles et réfléchir à des pistes d’action concrète pour y répondre, en compagnie d’un acteur de terrain inspirant: Caroline Guffens, co-fondatrice de l’asbl Le Bien Vieillir (Centre d’accompagnement au vieillissement).

 

Quels besoins des aînés cibler pour mieux innover en leur faveur ?

De nombreux besoins sont communs à tous les âges! Ils ne sont pas liés au vieillissement. Avoir besoin d’autonomie, de lien social, d’indépendance, de dignité, de soins, d’intimité, de sécurité, d’exister, d’être reconnu, de contribuer, d’avoir du plaisir, … ça n’a pas d’âge !

Par contre, le vieillissement accentue certains besoins, par exemple, les soins. Autre problème à prendre en compte : celui de la dépendance

  • qui va rendre plus compliquées la mobilité et la participation sociale
  • qui peut nécessiter l’adaptation ou le changement du logement
  • qui va nécessiter l’intervention de tiers proches ou professionnels
  • qui peut coûter cher!

 

Les problématiques du domicile

 

Quels sont les problèmes ?

La sécurité (nursing, prise de médicament, alimentation, prise de boisson, aller aux toilettes, occupation) nécessite une présence h24 et parfois du matériel de soin ou un aménagement intérieur pour rendre la mobilité possible.

Or les services à domicile proposés aujourd’hui ne suffisent pas pour répondre aux demandes. Il manque des réponses à des besoins urgents, immédiats :

  • De ressourcement pour l’aidant
  • De solution temporaire pour l’aidé
  • D’information
  • D’aide pour discerner ses besoins
  • D’aide, de clarifications pour comprendre l’offre de service
  • De soutien à la coordination de tous ces professionnels qui défilent
  • Des lieux d’écoute et d’accompagnement
  • Des moyens de retisser du lien social, de répondre au sentiment de solitude, à l’ennui

 

Comment ces problématiques sont-elles résolues?

Difficilement • Enfermement, familles et professionnels • Tiraillement dans les équipes à domicile • Incertitude sur la législation • Entrée en maison de repos faute de solution

A méditer : qu’envisager pour assurer la sécurité à domicile en tenant compte des besoins de liberté et de vie privée?

En conclusion : l’augmentation du nombre de personnes très âgées entraîne une augmentation des besoins, non pas de soins ou d’hébergement, mais de services, de diversité, de proximité, de liens sociaux au long de la vie, de politiques de santé publique larges, de retisser de la confiance, …

 

Quels défis spécifiques à l’entrepreneuriat du bien vieillir et comment les dépasser ?

Toute initiative en faveur des aînés doit reposer sur les principes suivants :

  • S’ancrer dans des valeurs humanistes : confiance et respect du bénéficiaire, empathie, délicatesse, intimité/vie privée, autonomie de choix, tolérance, professionnalisme, …
  • Accompagner la dépendance sans y résumer la personne : ne jamais faire à la place de la personne ce qu’elle sait faire mais l’encourager et la valoriser
  • Concilier sécurité et liberté à domicile 
  • Aller à l’écoute des besoins et leur laisser le temps d’émerger 
  • Savoir détecter les besoins derrière la non-demande ; ne pas résumer à des besoins de soins
  • Sortir de sa routine et de son expertise

 

Pistes d’innovation à creuser dans le secteur du bien vieillir aujourd’hui

Voici quelques pistes d’innovations différenciantes ou complémentaires à l’existant qu’il reste encore à creuser dans le secteur aujourd’hui :

  • Changer le regard
  • Communiquer autour du vieillissement – s‘approprier – anticiper
  • Penser le domicile de manière plus large, imaginer des mouvements
  • Démédicaliser l’accompagnement des personnes âgées
  • Penser services non-rendus, accompagnement pour les petits gestes du quotidien – nouveaux métiers
  • Bâtir des ponts entre les mondes du domicile et de l’institution – transversalité : rassembler plutôt que séparer
  • Eviter les déracinements de personnes fragilisées, déplacer l’aide plutôt que les personnes : rapprocher au lieu d’éloigner
  • Désinstitutionnaliser : créer des accueils à taille plus humaine et conviviale : multiplier au lieu de fusionner
  • Créer des quartiers accueillants pour tous, où l’entraide règne et où il fait bon vivre et vieillir pour tous (mission que poursuit Bras dessus Bras dessous, entreprise accompagnée par COOPCITY en 2018 dans le cadre du programme Pollinize)

 

Pour aller plus loin

  • Découvrez les cahiers de l’UNIPSO :
    • Le cahier 1 « Le vieillissement sous toutes ses facettes : une société par, pour et avec les aînés »
    • Le cahier 3 « Participation sociale, culturelle et citoyenne : ’bien vieillir’ en restant actif et acteur »
  • Voir aussi: Alter Echos n°474 « Les vieux ne battent pas en retraite », 9 juin 2019
  • Postulez à nos programmes d’accompagnement avant le 14 septembre. Vous développez un projet dans le bien vieillir? COOPCITY vous aide à tester ou consolider votre activité ! Toutes les infos ici.
Scroll To Top